top of page

Dieu nous appelle à aller plus loin


Chers frères et sœurs, bonjour et bonne fête !


Aujourd'hui, en la solennité de l'Épiphanie, l'Évangile nous parle des Mages qui, arrivés à Bethléem, ouvrent leurs coffrets et offrent à Jésus de l'or, de l'encens et de la myrrhe (cf. Mt 2, 11). Ces mages d'Orient sont célèbres pour les cadeaux qu'ils ont offerts ; mais en pensant à leur histoire, nous pourrions dire qu'ils ont d'abord reçu trois cadeaux, trois cadeaux précieux qui nous concernent aussi. Ils donnent de l'or, de l'encens et de la myrrhe, mais quels sont les trois cadeaux qu'ils ont reçus ?


Le premier don est celui de l'appel. Les Mages ne l'ont pas pressenti en lisant les Écritures ou en ayant une vision d'anges, mais ils l'ont ressenti en étudiant les étoiles. Cela nous dit quelque chose d'important : Dieu nous appelle à travers nos plus grandes aspirations et nos plus grands désirs. Les mages, étonnés et troublés par la nouveauté de l'étoile, se mirent en route vers ce qu'ils ne connaissaient pas. Instruits et sages, ils étaient davantage fascinés par ce qu'ils ne savaient pas que par ce qu'ils savaient déjà : ils s'ouvraient à ce qu'ils ne savaient pas. Ils se sentaient appelés à aller plus loin, ils ne se sentaient pas heureux en restant là, mais en se sentant appelés à aller plus loin. Et cela est également important pour nous : nous sommes appelés à ne pas nous contenter, à chercher le Seigneur en sortant de nos zones de confort, en marchant vers Lui avec d'autres, en nous immergeant dans la réalité. Parce que Dieu appelle tous les jours, ici et aujourd'hui. Dieu nous appelle, il appelle chacun de nous, chaque jour, il nous appelle ici et il nous appelle aujourd'hui, dans notre monde.


Mais les Mages nous parlent ensuite d'un deuxième don : le discernement. Comme ils sont à la recherche d'un roi, ils se rendent à Jérusalem pour parler au roi Hérode, qui est cependant un homme assoiffé de pouvoir et qui veut les utiliser pour éliminer l'enfant Messie. Mais les Mages ne sont pas dupes d'Hérode. Ils savent faire la distinction entre le but du voyage et les tentations qu'ils trouvent sur le chemin. Ils pourraient rester là, à la cour d'Hérode, tranquillement : non, ils avancent. Ils quittent le palais d'Hérode et, attentifs au signal de Dieu, ils ne passeront plus, mais reviendront par une autre route (cf. v. 12). Comme il est important, frères et sœurs, de pouvoir distinguer le but de la vie des tentations du chemin ! Le but de la vie est une chose, les tentations du chemin en sont une autre. Savoir renoncer à ce qui séduit, mais conduit sur un mauvais chemin, pour comprendre et choisir les voies de Dieu ! Le discernement est un grand don ; il ne faut jamais se lasser de le demander dans la prière. Demandons cette grâce ! Seigneur, donne-nous la capacité de discerner le bien du mal, le meilleur de ce qui ne l'est pas.


Enfin, les Mages nous parlent d'un troisième cadeau : la surprise. Après un long voyage, que trouvent ces hommes de haut rang social ? Un bébé avec sa mère (cf. v. 11) : une scène certes tendre, mais pas étonnante ! Ils ne voient pas d'anges comme les bergers, mais rencontrent Dieu dans la pauvreté. Peut-être s'attendaient-ils à un Messie puissant et prodigieux, et ils trouvent un bébé. Pourtant, ils ne pensent pas s'être trompés, ils savent le reconnaître. Ils accueillent la surprise de Dieu et vivent leur rencontre avec Lui dans l'émerveillement, en l'adorant : dans la petitesse, ils reconnaissent le visage de Dieu. Humainement, nous sommes tous enclins à rechercher la grandeur, mais c'est un don de savoir comment la trouver vraiment : savoir trouver la grandeur dans la petitesse que Dieu aime tant. Car c'est ainsi que l'on rencontre le Seigneur : dans l'humilité, dans le silence, dans l'adoration, chez les petits, chez les pauvres.


Frères et sœurs, nous sommes tous appelés - premier don, l'appel - par Jésus ; nous pouvons tous discerner - deuxième don, le discernement -, discerner sa présence ; nous pouvons tous vivre ses surprises - troisième don, la surprise. Aujourd'hui, il serait bon de se souvenir de ces dons : l'appel, le discernement et la surprise, des dons que nous avons déjà reçus : repenser au moment où nous avons senti un appel de Dieu dans notre vie ; ou au moment où, peut-être après beaucoup d'efforts, nous avons été capables de discerner Sa voix ; ou encore, à une surprise inoubliable qu'Il nous a donnée, en nous surprenant. Que la Vierge nous aide à nous souvenir et à chérir les cadeaux que nous avons reçus.


PAPE FRANÇOIS

ANGELUS

Place Saint-Pierre

Vendredi, 6 janvier 2023

Traduction provisoire DeepL

 

Source : Site du Vatican

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page