St_Benoît_ss_f.png

Saint Benoît

Terre cuite  de fr. Antoine

Abbaye de Tamié

• Lectio divina seul

Suivre le lien conseils d'Enzo Bianchi

• Lectio divina en groupe

Quelques conseils pratiques :

  • Le groupe ne doit pas dépasser 12 personnes pour permettre une participation effective de chacun. 

  • Le lieu de la prière doit être préparé pour favoriser le recueillement

      (Livre de la Bible, bougies, fleurs, etc...)

  • Limiter à 1 heure le temps consacré à la Lectio divina.

  • Un membre du groupe doit veiller au "timing" et invite,

      par un petit signal, à passer au "temps" suivant. (voir la grille ci-dessous)

  • 1er temps     :  Invocation à l’Esprit Saint                5 min

  • 2ème temps  :  Lectio                                        15 min​

  • 3ème temps  :  Meditatio                                   20 min

  • 4ème temps  :  Oratio                                       20 min

 

Distribuer à chacun :

  1. Le texte de l'Évangile ou un autre texte biblique en prenant soin de donner la même traduction à chacun - de préférence la traduction liturgique AELF - et 1 crayon

  2. L'une ou l'autre méthode de Lectio en quatre temps ci-dessus; la deuxième étant plus adaptée aux jeunes, aux enfants.

Il importe de préciser que nous n'avons pas besoin d'être spécialiste en Ecriture Sainte pour se laisser toucher par la Parole de Dieu; il suffit d'avoir le cœur ouvert à la Rencontre. Le Christ est là qui frappe à la porte...

 

"Malgré l’omniprésence des images dans notre civilisation, il est fréquent que les chrétiens aient une approche très cérébrale des textes évangéliques, ce qui lui enlève beaucoup de sa puissance suggestive. Il est donc important d’arriver, grâce à l’imagination, à redonner au texte toute sa puissance. Chaque passage d’évangile est une histoire à se remémorer, à revivre aux côtés du Christ. C’est l’imagination qui permet de faire du texte un chemin vivant à la rencontre du Christ."  

 

Marc Rastoin s.j. in "Entrer dans l'Evangile avec saint Ignace"

Télécharger la méthode ci-dessous

Lectio divina sur l’Évangile du dimanche

La ‘lectio divina’ consiste dans la lecture de la Parole de Dieu à l’intérieur d’un moment de prière pour lui permettre de nous illuminer et de nous renouveler.

Cette lecture orante de la Bible n’est pas séparée de l’étude pour identifier le message central du texte ; au contraire, on doit partir de là, pour chercher à découvrir ce que dit ce message lui-même à notre vie. La lecture spirituelle d’un texte doit partir de sa signification littérale. Autrement, on fera facilement dire au texte ce qui convient, ce qui sert pour confirmer ses propres décisions, ce qui s’adapte à ses propres schémas mentaux. Cela serait, en définitive, utiliser quelque chose de sacré à son propre avantage.

1. On se met en présence de Dieu, on s’accueille les uns les autres. On se dispose intérieurement à rencontrer le Seigneur dans sa Parole.

C’est L’Esprit Saint qui a inspiré la rédaction du texte biblique.

C’est lui qui nous donne l’intelligence du cœur pour y entrer.

Invoquons-le avec foi.

2. Quelqu’un lit l’Evangile à haute voix.

​Chacun(e) relit le texte en silence : Je repère les mots,

les personnages, les mouvements, le lieu.

Je me représente la scène et je note ce qui retient mon attention.

 

Au signal donné, chacun(e) est invité à partager simplement, de façon à ce que les autres entendent, le ou les mots qui l’ont touché sans faire de commentaire...

3. Une autre personne lit l’Evangile à haute voix.

Chacun(e) relit le texte en silence.

Je regarde Jésus. Il me parle à travers cette Parole. Qu’est-ce que le texte me révèle-t-il de lui ? Quelle est la foi qui s’y exprime ? Comment ce témoignage de foi résonne-t-il en moi ? Qu’est-ce qui me rejoint aujourd’hui ? En quoi suis-je éclairé(e) ?

Touché(e) ? Interpelé(e) ?

Au signal donné, chacun(e), parlant en « je »,  résume en 2 ou 3 phrases comment ce texte interroge et éclaire sa foi, en quoi il a été touché.

Pour bien aborder cette deuxième étape, il s’agit de rester dans l’attitude d’écoute et de disponibilité.

Convaincus que cette Parole de Dieu s’adresse à nous pour aujourd’hui, ne nous précipitons pas pour rechercher des applications concrètes immédiates. Ne nous fixons pas sur nous-mêmes mais sur Dieu. Regardons le Christ en nous attachant d’abord à contempler la grandeur et la beauté du Mystère révélé. Et notre foi nous dit qu’à travers sa Parole, le Seigneur, lentement mais sûrement, nous façonne et nous conduit sur le chemin d’un plus grand amour.

Cette étape est plus personnelle. Le partage s’exprime en « je » tout en respectant bien sûr son « jardin secret ».

4. En silence, chacun(e) relit le texte et laisse monter sa réponse :

Je laisse mon cœur parler librement à Dieu, dans la louange,

la demande de pardon, la supplication, l’intercession…

Ceux qui le désirent reprennent devant les autres une ou deux expressions de leur prière, si possible en s’appuyant sur des mots du texte, invitant à recueillir ce qui a été partagé et ce qui habite encore les cœurs,

 

Nous terminons en priant le NOTRE PÈRE

qui nous relie à tous les hommes.

Télécharger la 2ème méthode ci-dessous (plus adaptée à des jeunes)

PRIER LA PAROLE

1er temps :

Se disposer intérieurement à rencontrer le Seigneur dans sa Parole, par une parole de foi toute simple adressée au Seigneur, un mouvement du cœur :
«Seigneur, je crois que tu m’aimes et désires aujourd’hui me parler»,
«Jésus, j’ai confiance en ta présence à mes côtés»,

«Esprit-Saint, sois ma lumière, conduis ma prière»

2ème temps :

Lire lentement le texte proposé une 1ère fois
Repérer ce sur quoi mon attention se porte avec simplicité et souligner dans le texte.
Est-ce une parole de Jésus ou d’un autre personnage ? Est-ce une attitude de Jésus ou d’un autre personnage ? Est-ce un mot, une expression ?
Est-ce un regard, un déplacement ?

3ème temps :

Relire le texte une 2ème fois
Repérer l’élément du texte sur lequel mon attention s’approfondit et porter mon attention sur ce que produit ce regard/parole/mot/expression en moi.
En quoi suis-je touché ? ému ? éclairé ? réconforté ? interpellé ? consolé ?
Je note sur la feuille en quelques mots ce que je vis au contact de la Parole.

4ème temps :

Je parle intérieurement au Seigneur de ce qui est touché en moi par sa Parole et termine ce temps de prière par un merci ou une demande ou un pardon.

N.B. Pour d'autres conseils, voir sur le site du Vicariat 

 
 
 
LOGO DimParole.png

Le logo officiel du dimanche 

de la Parole de Dieu

 

Une icône de la rencontre avec Jésus sur la route d’Emmaüs a été choisie comme logo officiel pour la célébration mondiale du dimanche de la Parole de Dieu.

 

Le logo coloré est basé sur une icône écrite par la défunte bénédictine Soeur Marie-Paul Farran, membre de la Congrégation Notre-Dame du Calvaire, qui a vécu et travaillé dans son monastère sur le Mont des Oliviers à Jérusalem.

 

Le logo a été présenté à la presse lors d’une conférence de presse au Vatican le 17 janvier, avant le nouveau dimanche de la Parole de Dieu, qui sera célébré le 26 janvier 2020.

 

Le pape François a demandé que le troisième dimanche du temps ordinaire chaque année soit observé comme un jour spécial consacré à la célébration, à l’étude et à la diffusion de la parole de Dieu.

 

Le logo montre le Christ ressuscité tenant dans sa main gauche un parchemin, qui est « l’Écriture sacrée qui a trouvé son accomplissement en sa personne », a déclaré à la presse Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation.

 

A ses côtés se trouvent deux disciples : Clopas et sa femme, Marie. Ils fixent tous les deux leur regard sur le Christ tandis que Clopas tient un bâton pour indiquer « un pèlerinage », a dit l’archevêque.

 

Marie tient une main vers le haut et de son autre main semble toucher le Seigneur, réaffirmant qu’il a accompli les anciennes promesses et est la Parole vivante qui doit être proclamée au monde, a-t-il dit.

 

Tenant le bâton dans une main, la main libre de Clopas montre la voie à suivre, que tous les disciples sont appelés à prendre afin d’apporter la Bonne Nouvelle à tous, a déclaré Mgr Fisichella.

 

Il y a une étoile symbolisant l’évangélisation et la «lumière permanente» qui guide leur voyage et leur montre le chemin, a-t-il ajouté.

 

Il est également important de remarquer que les pieds des trois sont représentés comme étant en mouvement, ce qui représente que l’annonce du Christ ressuscité ne peut pas être accomplie par des « disciples fatigués ou paresseux », mais seulement par ceux qui sont « dynamiques » et prêts à trouver de nouvelles façons de parler afin que l’Écriture sainte devienne le guide vivant de la vie de l’Église et de son peuple.

AdobeStock_84438023_Page_2.png