top of page

quelle est la place de la Parole de Dieu dans ma vie ?


L'Évangile de ce premier dimanche de Carême nous présente Jésus au désert tenté par le diable (cf. Mt 4, 1-11). Diable signifie "diviseur". Le diable veut toujours créer la division, et c'est ce qu'il propose également en tentant Jésus. Voyons donc de qui il veut le diviser et comment il le tente.


De qui le diable veut-il diviser Jésus ? Après avoir reçu le baptême de Jean dans le Jourdain, Jésus avait été appelé par le Père "mon Fils, le Bien-aimé" (Mt 3,17) et l'Esprit Saint était descendu sur lui sous la forme d'une colombe (cf. v. 16). L'Évangile nous présente ainsi les trois Personnes divines unies dans l'amour. Puis Jésus lui-même dira qu'il est venu dans le monde pour nous faire participer à l'unité entre lui et le Père (cf. Jn 17, 11). Le diable, par contre, fait le contraire : il entre en scène pour diviser Jésus du Père et le détourner de sa mission d'unité pour nous. Il divise toujours.


Voyons maintenant comment il essaie de le faire. Le diable veut profiter de la condition humaine de Jésus, qui est faible parce qu'il a jeûné pendant quarante jours et qu'il a faim (cf. Mt 4, 2). Le malin tente alors de lui instiller trois puissants "poisons" pour paralyser sa mission d'unité. Ces poisons sont l'attachement, la méfiance et le pouvoir. Tout d'abord, le poison de l'attachement aux choses, aux besoins ; avec un raisonnement persuasif, le diable essaie de suggérer à Jésus : "Tu as faim, pourquoi dois-tu jeûner ? Écoute ton besoin, satisfais-le, tu en as le droit et le pouvoir : transforme les pierres en pain". Puis le deuxième poison, la méfiance : "Es-tu sûr - insinue le malin - que le Père veut ton bien ? Mets-le à l'épreuve, fais-lui du chantage ! Jette-toi du haut du temple et fais-lui faire ce que tu veux". Enfin le pouvoir : "De ton Père tu n'as pas besoin ! Pourquoi attendre ses dons ? Suis les normes du monde, prends tout pour toi et tu seras puissant !". Les trois tentations de Jésus. Et nous vivons aussi ces entre tentations, toujours. C'est terrible, mais c'est comme ça, même pour nous : l'attachement aux choses, la méfiance et la soif de pouvoir sont trois tentations répandues et dangereuses, que le diable utilise pour nous séparer du Père et ne plus nous faire sentir frères et sœurs entre nous, pour nous conduire à la solitude et au désespoir. C'est ce qu'il voulait faire à Jésus, c'est ce qu'il veut nous faire : nous conduire au désespoir.


Mais Jésus surmonte les tentations. Et comment les surmonte-t-il ? En évitant de discuter avec le diable et en répondant par la Parole de Dieu. C'est important : avec le diable on ne discute pas, avec le diable on ne dialogue pas ! Jésus le confronte avec la Parole de Dieu. Il cite trois phrases de l'Écriture qui parlent de liberté par rapport aux choses (cf. Dt 8, 3), de confiance (cf. Dt 6, 16) et de service à Dieu (cf. Dt 6, 13), trois phrases qui s'opposent à la tentation. Il n'entre pas en dialogue avec le diable, il ne négocie pas avec lui, mais il réfute ses insinuations avec les Paroles bénéfiques de l'Écriture. C'est une invitation pour nous aussi : avec le diable, on ne discute pas ! On ne négocie pas, on ne dialogue pas ; on ne le vainc pas en négociant avec lui, il est plus fort que nous. Nous vainquons le diable en lui opposant dans la foi la Parole divine. De cette manière, Jésus nous apprend à défendre l'unité avec Dieu et entre nous contre les attaques du diviseur. La Parole divine est la réponse de Jésus à la tentation du diable.


Et nous nous demandons : quelle est la place de la Parole de Dieu dans ma vie ? Ai-je recours à elle dans mes combats spirituels ? Si j'ai un vice ou une tentation récurrente, pourquoi, en me faisant aider, ne cherchei-je pas un verset de la Parole de Dieu qui répond à ce vice ? Puis, quand la tentation vient, je le récite, je le prie, en faisant confiance à la grâce du Christ. Essayons, cela nous aidera dans les tentations, cela nous aidera tellement, car, parmi les voix qui s'agitent en nous, celle, bénéfique, de la Parole de Dieu résonnera. Que Marie, qui a accueilli la Parole de Dieu et qui, par son humilité, a vaincu l'arrogance du diviseur, nous accompagne dans la lutte spirituelle du Carême.


PAPE FRANÇOIS

ANGELUS

Place Saint-Pierre

Dimanche 26 février 2023

 

Traduction provisoire

Source : Site du Vatican

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page