Untitled.jpg
 

Chers frères et sœurs,

Ce temps de confinement prolongé est une épreuve pour beaucoup d'entre nous, sans compter ceux qui ont souffert du Covid ou de la mort d'un proche. Nous pouvons aussi être déboussolé par cette avalanche de nouvelles contradictoires... L'épidémie médiatique est aussi redoutable.

Nous sommes contraints aussi à vivre l'Eglise autrement mais il y a bien mieux à faire que nous lamenter ! Une crise est souvent pour ne pas dire toujours la grâce d'une croissance.

Un dessin humoristique mettait en scène le diable et Dieu. S'adressant à Dieu, le diable se réjouissait d'avoir réussi à fermer les églises mais Dieu lui répondait : " Mais, j'ai réussi à ouvrir un bien plus grand nombre d'églises domestiques. " 

N'est ce pas une occasion extraordinaire de découvrir ou redécouvrir notre lieu de vie, notre famille et notre corps comme église, comme lieu privilégié pour écouter le Seigneur dans sa Parole, seul ou ensemble, afin d'y puiser force et joie. Nous pourrons alors être fécond dans notre service.

Ceux qui luttent pour le respect de nos libertés font bien mais ceux qui tirent parti de la situation font encore mieux puisqu'ils sont vainqueurs du mal par le bien ! 

Découvrir ou redécouvrir la Lectio Divina, lecture priante de la Parole (c'est ce qui est proposé sur ce site) comme "une modalité concrète pour écouter ce que le Seigneur veut nous dire dans sa Parole et pour nous laisser transformer par son Esprit." Pape François, La Joie de l’Évangile, n° 152

 

Que ce soit seul ou en famille, nous serons surpris d'en récolter autant de fruits. 

 

​Essayer, c'est l'adopter ! 😊

Robert

P.S. Pour ceux d'entre vous qui souhaitent essayer un temps de Lectio Divina via l'application ZOOM téléchargeable gratuitement, cliquez sur le lien :

https://zoom.us/fr-fr/zoomrooms/software.html

Une fois l'application téléchargée, cliquer sur le lien ci-dessous :

https://us02web.zoom.us/j/87040508501?pwd=aEY5SkRjYnNRK1BBY3RjaGNGblZlUT09

 

Revenir au Christ

Pourquoi ne pas revenir au Christ,

parler avec le Christ,

écouter le Christ ?

"C’est à lui que tu parles

quand tu pries,

c’est lui que tu écoutes

quand tu lis les divines Écritures"

(St Ambroise).

Enzo Bianchi

Être disciple

Ce que Jésus demande au disciple,

c’est de dépenser sa vie,

toute sa vie,

en faveur de l’Évangile.

C’est ainsi que nous pouvons la garder vivante,

bien plus, la faire croître.

Si nous restons avec le Seigneur,

nous ramassons.

Celui qui, au contraire,

ne reste qu’avec lui-même,

celui qui ne dépense sa vie

que pour lui-même,

celui-là disperse,

il ne ramasse rien du tout.

Mgr Vincenzo Paglia

Servir et aimer

La Bible ne nous fait pas fuir

dans un monde qui serait irréel

et éloigné de notre vie présente.

Au contraire, la Bible nous montre

combien notre manière

de gérer le quotidien

dit quelque chose

de notre manière d’aimer

et de servir le Seigneur

en aimant et servant

ceux et celles

qui nous entourent.

Pape François

C’est dans la Sainte Écriture que, en se mettant à l’écoute, Jérôme se trouve lui-même, trouve le visage de Dieu et celui des frères, et qu’il affine sa prédilection pour la vie communautaire. D’où son désir de vivre avec des amis, comme déjà au temps d’Aquilée, et de fonder des communautés monastiques, poursuivant l’idéal cénobitique de vie religieuse qui voit le monastère comme un “gymnase” dans lequel il faut former les personnes « qui se considèrent comme inférieures à tous afin d’être les premières parmi tous », heureuses dans la pauvreté et capables d’enseigner par leur style de vie. En effet, il estime formateur le fait de vivre « sous la direction d’un unique supérieur et en compagnie de plusieurs » pour apprendre l’humilité, la patience, le silence et la mansuétude, dans la conscience que la « vérité n’aime pas les angles obscurs, et ne cherche pas les chuchoteurs »[13]. Il confesse également « soupirer après les cellules du monastère, […] désirer mener, à l’exemple de la sollicitude de ces fourmis, une vie où l’on travaille en commun, où nul ne possède rien en propre mais où tout est à tous ».

Extrait de la lettre apostolique du pape François

à l'occasion du XVIème centenaire de la mort de Saint Jérôme

 

Trois textes

Disponibles au téléchargement

Jésus-Christ,
centre de notre foi

Comme nous le savons, les Saintes Ecritures sont le témoignage sous forme écrite de la Parole divine, le mémorial canonique qui atteste l’évènement de la Révélation. Donc la Parole de Dieu précède et dépasse la Bible. C’est pour cela que le centre de notre foi n’est pas seulement un livre, mais une histoire de salut et surtout une Personne, Jésus-Christ, Parole de Dieu faite chair.

Une rencontre 
avec le Seigneur

Dans notre manière de nous approcher de l’Écriture, nous ne devons pas rechercher la manifestation de telle ou telle idée, ou un accroissement de connaissance, mais un engagement entre Dieu et nous, entre Celui qui nous parle et nous qui l’écoutons ; c’est-à-dire que nous devons nous approcher pour conclure une alliance.

Chaque jour

Quelques précieux conseils
pour la "lectio divina",

lecture priante de la Parole.

 

 L’Ecriture nous a été donnée pour vaincre l’oubli de Dieu. Il est si important d’en faire mémoire quand nous prions ! comme l’enseigne un Psaume qui dit : « Je me souviens des exploits du Seigneur, je rappelle ta merveille de jadis » (76, 12). Aussi, les merveilles et les prodiges que le Seigneur a accomplis dans notre propre vie.

Il est essentiel de se souvenir du bien reçu : sans en faire mémoire, nous devenons étrangers à nous-mêmes, “passants” de l’existence ; sans mémoire nous nous déracinons du terrain qui nous nourrit et nous nous laissons emporter comme des feuilles par le vent. Faire mémoire au contraire est se renouer aux liens plus forts, c’est faire partie d’une histoire, c’est respirer avec un peuple. La mémoire n’est pas une chose privée, c’est la vie qui nous unit à Dieu et aux autres. Pour cela, dans la Bible, la mémoire du Seigneur sera transmise de génération en génération, sera racontée de père en fils, comme le dit ce beau passage : « Demain, quand ton fils te demandera : “ Quels sont donc ces édits, ces décrets et ces ordonnances que le Seigneur notre Dieu vous a prescrits ? ”, alors tu diras à ton fils : “Nous étions esclaves – toute l’histoire de l’esclavage - et sous nos yeux, le Seigneur a accompli des signes et des prodiges” » (Dt 6, 20-22). Tu transmettras la mémoire à ton fils.

Pape François, Homélie du 14 juin 2020 

IMG_0700.jpeg
Contact

© 2019 par Robert NORGAARD. Créé avec Wix.com